notre usine est un
Sylvain Rossignol

23 septembre 2008

Le livre “notre usine est un roman”

Classé dans : Informations sur le livre — admin @ 17:44

Couverture du livre

7 commentaires »

  1. Bravo pour ce beau livre. Enseignante, je vais le faire acheter par mon CDI. Mes pensées vont aux ancien-nes de Roussel Uclaf, je leur souhaite plein de courage et je les remercie pour cette leçon d’humanité.

    Commentaire par granier — 4 novembre 2008 @ 2:02

  2. J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque est au début je ne suis dit encore un livre sur l’histoire de trois ou quatre anciens pour leur petit enfants et je l’avoue j’ai sauté quelque page pour avancer plus vite dans les 414 à lire. Puis après la présentation de l’usine par le destin individuel de quelques-uns, j’ai suivi pas à pas la vie du destin de l’usine entière. Je dois dire que la visite de l’usine, des laboratoires, aux chaines de fabrication et de conditionnement du produit, de la qualité de l’esprit d’entreprendre des recherches pour de nouveaux médicaments et de les produire pour le bien de tous et cela m’a éblouie. J’y est lu l’esprit de la majorité de personne et d’une époque du bien pour tous et non mon moi et moi et plus rien autour.
    Aujourd’hui la crise est là et les grandes fortunes deviennent un peu plus petite tandis que les ouvriers (Encore 24% des travailleurs d’après une lecture récente d’un de nos journaux) vont ou perdent leur emploi. Les gens du marketing décident encore de nos envi et désir sur le seul critère de la rentabilité quitte à décentralisé et à cause du marcher mondial. Mais dans l’intérêt en fait et toujours de quelques-uns car quand est-il de la recherche en général et de la recherche en particulier des médicaments et de la rentabilité. Doit elle rester à deux chiffre ou raisonnablement à l’équilibre de l’entreprise et du bien commun( recherche, emploi, niveau de vie….)?
    Je conseille de lire ce livre. Il est un éclairage et un exemple sur le milieu des affaires, de nos grands dirigeants (de notre monde)

    Commentaire par Christian Peyrat — 21 décembre 2008 @ 14:43

  3. Je viens de terminer ce livre que j’avais fait acheté par le CDI de mon lycée suite aux recommandations d’Alternatives Economiques. Ce livre est remarquable à plus d’un titre. D’abord par le talent d’écrivain de Sylvain Rossignol qui, je pense, a su traduire avec des mots simples et vrais la pensée des véritables “héros” de ce livre. Ensuite par la présentation d’une entreprise par ses propores salariés, ce qui est rare. Ce sont souvent des sociologues qui se penchent sur le monde du travail, rarement les acteurs y jouent un véritable rôle. Et enfin et surtout par ce message d’espoir qui nous est transmis. L’amour de leur travail par les salariés qui savent qu’ils ont un rôle essentiel à remplir pour la santé de toute l’humanité. Leur détermination à se battre pour sauver leur emploi, mais pas seulement, sauver aussi la connaissance scientifique acquise par des générations de chercheurs, nous ouvrir les yeux sur les plans machiavéliques du libéralisme. J’en suis moi-même persuadée: L’industrie du médicament n’est pas une industrie comme les autres. Le médicament n’est pas un produit comme les autres. Il ne peut être traité de la même manière qu’une vulgaire machine à laver ou un écran plat… Seul un véritable choix de société pourra lui rendre sa vraie place. Il faudra alors bien des combats pour y parvenir. La crise qui sévit actuellement n’est-elle pas un indice que les changements sont nécessaires ? Si, par chance, ce livre pouvait paraître en poche, je pourrais alors le mettre au programme de lecture et d’études de mes élèves de sciences économiques et sociales de 1°ES. Quelles connaissances ils pourraient alors aborder ! Mes amitiés à tous.

    Commentaire par COLLAY — 23 janvier 2009 @ 8:35

  4. J’ai 73 ans et ma vie s’est déroulée à Romainville de 1940 à 1960 année de mon mariage. J’ai connu, bien sûr, d’autres villes, mais celle où l’on vit sa jeunesse reste toujours dans son coeur. L’école Charcot, d’abord, puis le cours complémentaire Abbé Houel où j’ai appris tant de choses en plus de l’enseignement général : couture, gym, dessin, musique avec le samedi matin chorale dans le préau! A la chorale, quel régal! Mais bon, revenons au thème de ce commentaire. J’ai bien connu, bien sûr, l’usine ROUSSEL-UCLAF, quoiqu’ayant habité dans le haut de Romainville. Qui ne connaissait pas cette usine, mais, avec le livre de Sylvain ROSSIGNOL, j’ai découvert tout ce qui s’y déroulait et j’ai été très, très heureuse de le lire et bien entendu très émue. De plus, l’analyse faite par les participants de ce livre, en guise de conclusion, sur les années 1999 à 2007, est tellement vraie et malheureusement encore de saison.
    Coincidence, j’ai entendu le coup de coeur du libraire de Laval où je me trouvais à ce moment là, et bien sûr, je me suis précipitée pour l’acheter. Bravo Mr ROSSIGNOL

    Commentaire par BLANCKAERT — 27 mai 2009 @ 16:20

  5. Je trouve bizarre l’absence totale de l’extrême-gauche, il me semble pourtant que Lutte Ouvrière & la LCR étaient présentes à RU. LO est mentionné une seule fois, et on se demande si ce n’est plutot une erreur (page 149). D’ailleurs ne voulant absolument mentionné l’appartenance de certains vous parlez du “militant” Overney, sans préciser que c’était un militant maoiste de la Gauche Prolétarienne. Enfin personne de connaitra l’affiliation politique de cet Alain (mentionné à la fin du livre) qui a beaucoup milité au CHSCT et notamment sur l’amiante. C’est dommage, car cela donne vraiment un “parfum” stalinien au livre. Trés intéressant malgré tout ….

    Commentaire par Jacques Givet — 9 juin 2009 @ 13:02

  6. J’ai lu ce livre avec “passion”.
    J’ai connu dans mon entreprise une lutte pour la survie. Nous avons survécu, mais maintenant, ayant été racheté, le “propriétaire” fait n’importe quoi, n’ayant pas la culture de l’entreprise. Je suis en retraite, et, content de l’être.
    Je n’avais pas conscience avant de lire ce livre, de ce qu’est l’univers de la “phamarcie”, et, des méthodes. J’ai vu dans les personnages décrits des femmes et des hommes de talent(s).
    Je crois en la force des organisations syndicales, et, je ne crois pas qu’un syndicat soit meilleur qu’un autre. Ce sont les femmes et les hommes qui le font vivre ou mourir.
    Je voudrai que beaucoup de personnes et d’hommes politiques lisent ce livre, pour murir leur réflexion et comprendre que c’est dans l’union des personnes que l’on peut espérer.

    J’ai eu du mal à voir les personnes de ce “roman” vieillir je l’ai ai conservé à leur âge dans l’entrée dans l’usine, comme quoi l’action est source de jeunesse

    Je vous remercie de ce livre

    Marc
    Défenseur ouvrier et Conseiller du Salarié à LAVAL

    Commentaire par LIGER — 27 juillet 2009 @ 12:27

  7. je viens de lire “mon usine est un roman” avec beaucoup d’intérêt. j’ai également travaillé et milité dans un groupe relevant de l’industrie chimique ayant fait l’objet de restructurations semblables à celles de chez Roussel-Uclaf. les batailles menées, pas toutes couronnées de succcès…en réalité peu d’entre elles…Les doutes, les espoirs, les renoncements parfois sont décrites avec infiniment de justesse…Bravo et merci, à l’auteur bien sûr, et à tous les acteurs et témoins pour leur contribution utile et ô combien indispensable à la réalisation de cet ouvrage…
    PS:RV mi-septembre à la grande fête de la fraternité…
    Bien cordialement

    Commentaire par MENEGHINI — 13 août 2009 @ 19:46

Flux RSS des commentaires de cet article. URL de Trackback

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress Réalisation et gestion Christian laigle Consultant 53000 Laval